hommes_disparus_01

L’affaire des hommes disparus

Capture d’écran 2020-01-23 à 12.13.57Quelque chose ne tourne pas rond dans la petite ville de Hobtown. Les disparitions mystérieuses se multiplient depuis près d’un an. La dernière en date est celle du père de Sam. Voilà une affaire taillée sur mesure pour le club de détectives de l’école secondaire, dirigé par la vaillante Dana Vance.

Capture d’écran 2020-01-23 à 12.13.34L’affaire des hommes disparus est le premier tome des Mystères de Hobtown, une série à mi-chemin entre Twin Peaks et Les 4 As écrite par Kris Bertin et illustrée par Alexander Forbes. D’abord publié en anglais chez Conundrum Press sous le titre The Case of the Missing Men, ce récit aux accents fantastiques se déroule dans la municipalité fictive de Hobtown en Nouvelle-Écosse.

Tant par son ton évoquant Nancy Drew et les Frères Hardy que par son style visuel résolument rétro, L’affaire des hommes disparus évoque l’univers des classiques de la littérature policière pour adolescents. Mais au fil des revirements de situation, les auteurs en viennent à explorer une veine plus sombre, proche de l’horreur. Un deuxième tome, The Cursed Hermit, vient d’être publié en anglais et paraîtra en français à l’automne 2020.

Capture d’écran 2020-01-23 à 12.15.03Kris Bertin et Alexander Forbes, les auteurs du livre, habitent à Halifax. Kris a notamment remporté le Danuta Gleed Literary Award et le Relit Award for Short Fiction pour son recueil de nouvelles Bad Things Happen. Amis depuis l’enfance, Kris et Alexander ont créé ensemble l’univers de Hobtown, petit village des provinces maritimes qui semble tout droit sorti d’un univers parallèle. Le récit, campé dans les années 1990, multiplie les clins d’oeil nostalgiques à cette époque.

« L’affaire des hommes disparus s’appuie sur un univers référentiel convoquant des récits connus, maîtrisés par un lectorat qui s’y est abreuvé durant son enfance. […] Soutenu, donc, ce système référentiel induit notre lecture vers ce que l’on connaît, vers des schèmes narratifs figés, pour mieux les ébranler et le faire dévier. Les détournements prennent dès lors une autre dimension, en ramenant la lecture à une habitude de l’enfance, mais en soustrayant ce qui peut y avoir là de rassurant et de confortable. » – Lettres québécoises

Capture d’écran 2020-01-23 à 12.15.20« It’s difficult to praise The Case of the Missing Men too highly; there’s something for everyone here. » – Broken Pencil

« There’s a fulness of vision that makes The Case of the Missing Men so readable and rereadable. There are perfect images in here that will stick with you likes scars. » – Bookshelf.ca

 

Capture d’écran 2020-01-23 à 12.16.22

Commentaires fermés sur L’affaire des hommes disparus